Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

TOOSection I.A. Marro. 
INFLUENCE DE L’AGE DES PARENTS SUR LES CARACTERES 
PSYCHO-PHYSIQUES DES ENFANTS. 
Prof. Antonio Marro. 
Nous sentons tous que vibre dans la nature une loi qui gouverne l’héré­ 
dité à travers les générations des êtres vivants, mais ses confins et les influ­ 
ences auxquels cette loi obéit sont parfois si obscurs pour nous qu’ils effleu­ 
rent presque le mystère. 
La question de la transmissibilité du caractère par hérédité date de 
longtemps. Pour les caractères physiques, personne presque ne la nie, tant 
les preuves en sont données par les races et par les familles les cas qui 
font exception semblent très rares. 
Celle qui concerne les caractères moraux et intellectuels est plus discutée. 
Nous pouvons retenir que les Grecs anciens y croyaient; à preuve le soin 
jaloux que Licurgue mettait dans ses lois, pour assurer la reproduction 
d’hommes plus sélectes, au point de vue de la vertu et de la valeur, aux­ 
quels il voulait que toute femme pût se donner. 
Platon voulait aussi bannir de sa République les fils et les neveux des 
malfaiteurs, et Aristote, à l’appui de son opinion, cite dans son Etique 
l’exemple d’un misérable qui pour s’excuser des mauvais traitements qu’il 
faisait subir à son père, s’exclamait : “ Mon père frappait mon aïeul, ce 
dernier avait lui aussi maltraité mon bisaïeul, et remarquez bien, mon fils, 
ce gamin : aussitôt qu’il aura atteint l’âge et la force d’un adulte, il ne 
m’épargnera ni coups ni sévices.” 
Les institutions de la monarchie et de la noblesse héréditaire ont peut- 
être été fondées sur ce principe. 
Les Arabes tiennent compte avec un soin jaloux de la généalogie de leurs 
juments les plus renommées, non seulement depuis des centaines, mais 
depuis des milliers d’années. 
La souche d’où est né Vésale était depuis son trisaïeul jusqu’ à son père, 
composée de médecins distingués. Le frère du fondateur de l’anatomie 
humaine a été lui-même entraîné vers les sciences naturelles par une inclina­ 
tion si puissante, que ses parents ne purent lui faire étudier le droit. 
Il existe pourtant un fait qui ne peut avoir échappé à l’observation de 
ceux qui ont étudié le problème de la transmissibilité des caractères au 
moyen de la génération; tandis que l’on a vu et que l’on voit encore 
aujourd’hui des enfants hériter de leurs parents des qualités par lesquelles 
ces derniers étaient devenus éminents, d’autres, au contraire, ne correspon­ 
dent pas du tout à cette expectative. 
A côté du souvenir de Cimon, fils de Miltiade, d’Alexandre, fils de 
Philippe, de la génération des Scipion et des Gracques, des Decandolle, 
des Darwin, des Saint-Hilaire, des Herschell, et des Jussieu, on est 
douloureusement surpris de voir les fils d’Hippocrate voués aux lazzi des
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.