Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

A. Marro.Biology and Eugenics.103 
notablement dans la période de la décadence. Il est donc naturel que les 
enfants nés des mêmes parents, aux diverses phases de leur organisme, 
héritent de dispositions particulières à chacune d’elles. 
C’était un fait déjà connu d’Aristote lui-même, que l’extrême jeunesse 
des parents, de la mère surtout, lègue aux enfants un héritage d’imparfait 
développement et de faiblesse, d’une taille peu élevée et d’une constitution 
médiocre. Lucas écrit que De la Fontaine, chirurgien-chef dans le dernier royaume 
de Pologne, attribuait l’extrême faiblesse physique des Juifs aux unions 
prématurées. Le même fait a pu se vérifier en France. Au commence­ 
ment du siècle dernier, en 1812-13, la loi inexorable de la conscription 
poussa les familles décimées à marier leurs enfants avant l’âge, et jamais 
on eut autant de cas de réforme par faiblesse de constitution qu’en 1833-34. 
Burdach trouva dans la même raison l’explication de l’infériorité que les 
premiers nés présentent souvent pour l’intelligence et les aptitudes, respecti­ 
vement à leurs frères.* 
D’autre part, pendant la vieillesse, l’homme s’en va graduellement en 
perdant, en même temps que l’énergie physique, une partie de son énergie 
morale, et la génération issue de gens âgés ne peut que porter la funeste 
influence de la décadence qui a déjà envahi l’organisme des parents. Les 
Romains avaient établi, par une loi, que le mariage était prohibé à l’homme 
après 60 ans. 
Buff on, dans son Histoire Naturelle, à propos du cheval, écrit que les 
juments nées de vieux étalons et de vieilles juments montrent des signes 
précoces de vieillesse. 
Dès mon adolescence, d’après ce que j’avais observé chez deux de mes 
camarades, j’ai soupçonné que les enfants de parents âgés portaient dès 
leur naisance des caractères physiques et psychiques anormaux ; et, à cet 
égard, je disais déjà il y a quelques années :f “ La tendance qui, parmi 
les classes instruites spécialement, porte les hommes à contracter mariage à 
un âge plutôt mûr, doit avoir une influence notable sur les caractères des 
nouvelles générations. L’activité nutritive, la vigueur du coeur et des 
muscles, l’énergie de l’âme et la force de l’esprit tendront par ce fait à 
s’affaiblir de plus en plus, pour donner lieu, d’une part, à de la langeur 
nutritive, aves tendances aux congestions du foie, à la lithiase et à la 
diathèse goutteuse, à l’impuissance, etc. ; et, d’autre part, à la circonspection 
de l’âme, à la manie ambitieuse et au froid égoïsme, qui, comme on le sait, 
vont grandissant de la jeunesse à la vieillesse.” 
Il avait résulté de mon observation pendant mon service de médecin can­ 
tonal, que tous les enfants atteints de lithiase dont je connaissais les 
familles, étaient nés de parents âgés. 
* Prosper Lucas, Traité philosophique et physiologique de l’hérédité naturelle, p. 439. 
Paris, 1850. 
+ A. Marro ; Guida all ’arte della vita. p. 168. Torino, 1880.
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.