Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

A. Marro.Biology and Eugenics.ni 
TABLEAU IV. 
Intelligence des Ecoliers par rapport a l’age du pere. 
Age du père Bonne Médiocre Mauvaise% 
De-à 25 ans 44 ( 5 sup) = 48% 22 = 23% 28 ( 4Înf) = 2* 
De-26à 40 ans 247 (46 sup) = 38% 206 = 32% 181 (35inf) = 28% 
De-4ià ans 71 (13 sup) = 38% 60 = 31% 58 (i4inf) = 3o% 
Ainsi qu’on le voit, le premier âge offre une supériorité numérique d’intel­ 
ligences bonnes sur les deux autres classes, qui s’égalent presque ; cepen­ 
dant, si nous considérons plus spécialment parmi les bonnes celles qui se 
sont montrées supérieures, la plus grande proportion se trouve en faveur 
de la seconde classe (7%) et nous trouvons encore la proportion de 6% dans 
la dernière classe supérieure à celle de la première, qui ne monte qu’à 5%. 
Un tel résultat s’explique facilement, si on considère qu’ à l’âge mûr la 
déchéance intellectuelle ne suit pas immédiatement celle des facultés 
physique et effectives. La réflexion plus mûre appartient, au contraire, à 
cet âge, auquel on procrée encore des enfants, et donne aux facultés pure­ 
ment intellectuelles de l’homme une force encore plus grande. Le fait que 
le plus grand nombre d’enfants intelligents naissent de parents jeunes 
existe pourtant; et c’est parmi eux que l’on trouve aussi la plus petite pro­ 
portion d’un moindre développement des facultés intellectuelles (4%) tandis 
qu’elle atteint 5% dans la seconde classe, et 7% dans celle des enfants de 
pères âgés. 
Ces données, pour ce qui touche les qualités psychiques, obtenues, j’ai 
voulu rechercher quelle influence on pouvait encore attribuer à l’âge des 
parents sur les particularités biologiques et physiques des enfants. 
Parmi les qualités biologiques, j’ai pris la longévité: et, dans ce but, 
j’ai obtenu d’examiner les pensionnaires de l’Hospice de Charité de Turin. 
Laissant à part ceux qui m’étaient signalés comme débiles, j’ai examiné 
238 sujets ; toutefois, 80 d’entre eux me firent des réponses si peu exactes, 
que je renonçai à me servir des indications qu’ils me donnèrent; j’en laissai 
16 de côté parce qu’ils n’avaient pas encore 70 ans, et j’ajoutai aux 142 
autres 47 personnes de mon village, que j’examinai parce qu’elles avaient 
toutes atteint ou dépassé 70 ans. Divisées en catégories respectives, 
suivant leur âge propre et celui de leurs parents, ils donnèrent les propor­ 
tions suivantes.TABLEAU V.Enfants de 
Pères à l’âge Pères à l’âge 
Pères de complet de 
très jeunes, développement, déchéance. 
Octogénaires .......................... 4=*°% ••• 23 = 62% ... 10 = 27% 
Septuagénaires ..................... 21 = 13% ... 78 = 51% ... 53 = 34% 
Comparés aux autres normaux, dont j’ai rapporté plus haut les propor­ 
tions, il semblerait que chez les gens âgés, les proportions se serait conservées
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.