Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

20ÔSection III.M. L. March. 
III. 
En résumé, la statistique de familles françaises dont il vient d’être 
sommairement rendu compte confirme ce qu’ont appris des recherches 
relatives à l’influence de la catégorie sociale, du milieu social, du revenu, 
sur la fertilité. De plus, elle permet de se mieux rendre compte des milieux 
professionnels favorables ou défavorables à la natalité. 
Il semble qu’en France les hospitalisés, nomades, détenus, etc., dont 
la postérité forme un contingent peu désirable, ont une productivité plutôt 
inférieure à la moyenne, mais on compte dans cette catégorie des individus 
internés et par conéqusnt dont la fécondité été pour un temps enrayée. 
Puis, il ne s’agit ici que de la fécondité légitime. 
Les professions agricoles, industrielles, commerciales ou libérales, qui 
constituent l’ossature de la population, comportent des catégories en quelque 
sorte spécifiques. Les familles les moins productives seraient celles des 
employés et ouvriers de services publics, des domestiques attachés à la 
personne. Puis, celles des titulaires de professions libérales, des employés; 
de commerce ou de banque, des employés de toutes catégories. Viennent 
ensuite les patrons du commerce, des petites et moyennes industries, les 
cultivateurs patrons, les domestiques agricoles ou industriels, les patrons de 
grandes industries, les ouvriers de petites et moyennes industries, et les 
ouvriers agricoles ; puis, avec une productivité supérieure, les journaliers et 
manoeuvres des villes, les pêcheurs et marins, et enfin, avec la plus forte 
productivité, les ouvriers des grandes industries, telles que les mines et les 
filatures(i). La productivité n’est d’ailleurs pas la plus forte dans les petites communes 
rurales. Elle est plus élevée dans les communes plus importantes où 
siègent les grandes entreprises. Mais, elle décroît ensuite dans les grandes 
villes et prend la valeur la plus faible à Paris. Le phénomène est général ; 
dans les pays où la natalité commence à décliner, le mouvement commence 
généralement dans la capitale où sont concentrées les professions commer­ 
ciales et libérales, dont la productivité est très faible. 
Le facteur économique “ professionnel ” semble donc un des plus 
importants parmi ceux qui déterminent la fertilité ; plus important peut-être 
que le facteur “ agglomération.” 
L’influence du revenu ne semble point avoir, au moins en France, 
1 importance exclusive qu’on lui a attribuée. Nous constatons bien que 
les ouvriers ont généralement plus d’enfants que les patrons, mais certaines 
(i) J ai montré dans un rapport antérieur qu’en France, dans les régions de 
grandes exploitations rurales et dans celles de grandes industries la natalité est plus 
élevée et a moins décru que dans les régions où dominent les petites exploitations.
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.