Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

Magnan et 
Fillassier.Medicine and Eugenics.359 
de l’alcoolique simple, c’est l’apparition prématurée du délire, si bien que 
l’individu présente un accès de délire hallucinatoire très intense sans 
tremblement ou avec des troubles moteurs peu accusés. En résumé, à l’actif 
de l’absinthisme s’ajoutent les syndromes suivants : délire prématuré, 
attaque épileptique, vertige, délire hallucinatoire plus actif, plus impulsif, 
parfois même inconscient, très dangereux. 
Ces faits cliniques, déjà si éloquents par eux-mêmes, sont corroborés par 
l’expérimentation physiologique. ( i ) 
Que l’intoxication alcoolique se prolonge et un nouvel élément 
intervient(2) ; l’état du sujet est modifié. A la longue on ne voit plus 
seulement des troubles fonctionnels, des modifications passagères ne laissant 
après elles qu’un léger malaise; une action plus profonde s’est produite, la 
nutrition est altérée dans tous les organes, tous les systèmes, tous les 
tissus. L’intoxication alcoolique est devenue chronique, le malade, la 
mémoire affaiblie, le jugement moins sûr, l’imagination éteinte, l’association 
des idées amoindrie, la sensibilité morale abaissée, apathique, indifférent et 
hébété, est livré sans défense aux caprices de ses appétits instinctifs. Au 
point de vue physique, tantôt les troubles médullaires prédominent : 
picotements de la peau, engourdissements, fourmillements, sensations 
anormales de froid et de chaud, crampes, hyperesthêsie superficielle ou 
profonde, anesthésie cutanée ou musculaire, faiblesse, tremblement des 
jambes et des bras, paresse des réservoirs, en un mot tous les phénomènes se 
rattachant aux myélites diffuses sur lesquelles Hallopeau a attiré l’atten­ 
tion^) ; tantôt on note de petits ictus apoplectiques ou épileptiformes 
s’accompagnant soit d’une parésie passagère d’un bras ou d’une jambe, soit 
d’empâtement et de gêne de la parole qui peut ressembler à de l’hésitation 
de la parole, parfois on note de l’inégalité des pupilles. Les uns se 
présentent sous les dehors du paralytique général, mais lorsque les symptômes 
suraigus dus à l’appoint alcoolique ont disparu, l’alcoolique chronique 
vulgaire reparaît ; les autres moins nombreux s’acheminent vers la paralysie 
générale. (4) 
Parfois enfin, à l’occasion de libations trop copieuses, d’un traumatisme, 
d’une maladie infectieuse ou pour toute autre cause, éclate chez un 
alcoolique chronique un accès de delirium tremens. 
* * * 
De ces diverses formes de l’intoxication alcoolique simple, nous avons 
dressé le tableau suivant. 
(1) Magnan—Rapport sur le Service Central de l’Admission, 1906. 
(2) Magnan—De l’Alcoolisme. 
(3) Hallopeau—Archives générales de Médecine. 
(4 ) Magnan—Du rôle de l’alcoolisme dans l’étiologie de la Paralysie générale— 
Congrès de Lyon, 1891.
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.