Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

36 4Section IV.Magnan et 
Fillassier. 
Signalons encore, dans le groupe des dégénérés persécutés-persécuteurs, 
cette femme qui, sous l’influence d’illusions, d’interprétations délirantes et 
d’idées de persécution était devenue meurtrière de l’Abbé de Broglie. 
Ces faits sont-ils rares ? Hélas la statistique suivante montrera combien 
sont fréquentes les manifestations de la folie, chez les héréditaires 
dégénérés. {Voir Statistique, page 365.) 
“ Ces malheureux naissent avec la marque de leur origine . . . Suivant 
le siège et la généralisation des lésions, suivant la localisation des troubles 
fonctionnels, ces types cliniques observés sont très variables. Mais malgré 
leur diversité, des transitions insensibles conduisent d’une extrémité de 
l’échelle à l’autre, de l’idiot complètement dégradé au dégénéré 
supérieur, intelligent mais déséquilibré. Nous n’avons ici que peu de chose 
à dire de l’idiot qui, rélégué dans la moelle, dans le mésocéphale ou dans 
le cerveau postérieur, vit d’une façon tantôt purement végétative tantôt 
uniquement instinctive; les excitations périphériques provoquent des reflexes 
médullaires ou. cérébraux ; mais ce ne sont que des reflexes simples, et les 
centres modérateurs n’interviennent jamais. Dès que la région frontale 
devient libre, le sujet commence à pénétrer dans le domaine de l’idéation, 
du contrôle; il cesse alors d’être idiot et s’élève à la dignité d’imbécile. La 
localisation des lésions à tel ou tel centre perceptif, à une étendue plus ou 
moins grande de la région antérieure, nous explique que telle ou telle faculté 
ait survécu au naufrage, et qu’il existe des génies partiels, des idiots savants. 
Chez les débiles, les déséquilibrés où se recrutent ceux des délinquants dont 
l’étude revient à la pathologie mentale, ce ne sont plus des lésions 
anatomiques grossières, mais bien des troubles fonctionnels qui tiennent sous 
leur dépendance les modifications de l’activité de l’axe cérébro-spinal. Ce 
qui prédomine chez eux, c’est la désharmonie et le défaut d’équilibre, non 
seulement entre les facultés mentales, les opérations intellectuelles propre­ 
ment dites d’une part, les sentiments et les penchants d’autre part, mais 
encore la désharmonie des facultés intellectuelles entre elles, le défaut 
d’équilibre du moral et du caractère. Un héréditaire peut être un savant, 
un magistrat distingué, un mathématicien éminent, un politicien sagace, 
un administrateur habile, et présenter au point de vue moral, des 
défectuosités profondes, des bizarreries étranges, des écarts de conduite 
surprenants, et comme le côté moral, les sentiments et les penchants sont la 
base de nos déterminations, il s’ensuit que les facultés brillantes sont mises 
au service d’une mauvaise cause, c’est-à-dire d’instincts, d’appétits, de 
sentiments maladifs qui, grâce aux défaillances de la volonté, poussent aux 
actes les plus extravagants et parfois les plus dangereux. (1) 
(1) De l’enfance des criminels considérée dans ses rapports avec la prédisposi 
tion naturelle au crime. 
Rapport de M. Magnan—au Congrès d’Anthropologie criminelle de 1889.
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.