Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

R. Dupuy.Medicine and Eugenics.429 
la déficience intellectuelle, mais il faut également considérer comme tels 
ceux qui, soit isolément, soit simultanément, ont un retard, un arrêt ou une 
régression aussi bien dans leur évolution corporelle et sensorielle, que 
psychique. D’autre part, si l’on considère que ces sujets sont en période de croissance, 
c’est à-dire en état d’instabilité biologique, si l’on remarque aussi que les 
types d’anomalies si variés,—à tel point que chaque arriéré considéré dans 
son ensemble, constitue un type clinique spècial, qu’il est à peu près 
impossible de faire entrer dans une classification généraile—on se rendra 
compte des difficultés que l’on éprouve, pour donner une idée d’ensemble sur 
la question. Pour pouvoir juger un enfant arriéré, on doit tenir compte de son âge 
et procéder par comparaison. 
Est arriéré, tout enfant qui, pour un âge donné, présente un retard 
corporel, psychique ou sensoriel, sur des sujets du même âge. 
Le nouveau-né a une vie végétative. Le nourrisson a une vie animale, 
qui devient humaine dès qu’il est doué de pensée et de parole. La puberté 
apparaît ensuite ; le sujet est alors capable de se reproduire. 
Que d’étapes l’enfant doit il traverser pour arriver à la nubilité ! 
Or, à chacune de ces étapes correspond toute une série de troubles de 
l’évolution qui peuvent intéresser soit totalement, soit partiellement le sujet. 
L’arriération en est le plus important, mais il existe aussi un état 
caractérisé par de Vexagération et de Yinversion que l’on qualifie de 
perversion et de déviation. 
Les arriérés proprement dits ne représentent donc qu’un certain nombre 
des enfants anormaux ; 'les autres sont les pervertis, les déviés. 
Comme l’arriération, la perversion est corporelle, psychique ou 
sensorielle, ellle peut être complète—éventualité rare—ou partielle et 
n’intéresser qu’un système, qu’un organe, qu’une faculté, ou qu’un sens : 
C’est le cas des géants, des macropéniens, des “ prodiges ” de musique ou 
de mémoire, de certains déments précoces, des invertis sexuels, etc. . . . 
Mais bien souvent, l’arriération s’accompagne de perversion ou est 
causée par elle, si bien que l’arriération infantile—telle que nous la concevons 
aujourd’hui—est un état mixte. Elle n’est pas simplement un arrêt, un 
retard ou une régression, une “ immaturité ” mais un déséquilibre, une 
dysharmonie de l’évolution. 
Les causes de l’arriération infantile sont multiples. 
Cet état peut être congénital ou acquis ; parfois il est mixte. 
Il est congénital par suite d’un affaiblissement du germe des générateurs 
(sénilité, grossesses multiples, alcoolisme, syphilis, tuberculose, misère 
physiologique, paludisme, arthritisme, état névropathique, etc. . . .) 
Il est acquis par suite de maladies de l’embryon, de traumatismes 
abdominaux, ou de fatigues de la mère pendant la grossesse, d’accouchement
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.