Full text: Problems in eugenics

R. Dupuy.Medicine and Eugenics.431 
Pour le système osseux—siège habituel de dystrophies les troubles portent 
sur la vitalité (ostéoporose), la forme, les dimensions, le processus 
de soudure et de calcification (rachitisme). L’arrêt, et le retard se manifestent 
par la petitesse des os en général. 
L’anomalie peut être totale (nanisme) ou partielle (ectromélie et 
micromélie humérale par exemple). Et comme dans tout état d arriération, 
on recontre, comme nous l’avons dit précédemment de la perversion et de la 
déviation, on note souvent chez des sujets, arriérés par ailleurs, du gigantisme 
total ou partiel (extrémités surtout), des disproportions et meme des types 
de malformations identiques à celles de l’acromégalie. 
Le caractère commun qu’ont tous les os longs des arriérés—qu’il y ait 
perversion ou arriération—c’est de présenter un retard de V ossification que 
l’on peut constater à la radiographie. 
Par contre, les os plats—ceux du crâne par exemple—se soudent parfois 
trop rapidement sans que l’on puisse trouver de lésions des méninges ayant 
activé ce travail de suture précoce. 
Les muscles se comportent comme les os. On les note soit en état 
d’atrophie (éminence thénar, région fessière, muscles vertébraux, muscles 
des membres), soit en état d’hypertrophie ou de myooëdeme comme pour 
ceux de la 'langue. Considérés au point de vue de leur tonicité, ils sont 
hypo ou hypertoniques, et si l’on ajoute à cet état le relâchment ou la 
contracture des ligaments et des aponévroses, on comprendra aisément 
pourquoi la station debout et la marche sont parfois difficiles chez ces sujets. 
Les uns sont de véritables “ enfants en caoutchouc ” (hernies ombilicales 
et inguinales fréquentes) qui peuvent reprendre la position foetale en se 
repliant sur eux-mêmes; les autres sont des “ automates ” dont la raideur 
est marquée. 
Ainsi s’explique la pathogénie de certaines malformations : pied plat, 
pied bot, genu valgum, dans lesquelles en plus des dystrophies osseuses 
diaphysoépiphysaires, il y a dysharmonie entre les ligaments et les muscles 
antagonistes qui les uns sont relâchés et les autres contracturés. 
Du côté des articulations, on note des luxations congénitales par suite de 
non terminaison des cavités articulaires et de laxité des ligaments. Les 
raideurs articulaires par suite de retraction ligamentaire et musculaire 
donnent souvent l’impression d’ankyloses. Nous avons noté ce phénomène 
au niveau de l’articulation radio-cubitale supérieure ; ce trouble empêche 
complètement les mouvements de pronation et de supination. 
C’est par ce processus d’hypo et d’hypertonie que se produisent les 
déviations de la colonne vertébrale (scoliose, lordose) qui sont relativement 
fréquentes. De même, il faut indiquer les attitudes vicieuses de la tête sur 
le tronc, qui paraissent avoir la même origine. 
Souvent, il suffit de voir marcher ou courir ces enfants, la tête en avant, 
les bras en arrière, monter et surtout descendre un escalier pour faire un 
diagnostic d’arriération, tant leur démarche est spéciale.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.