Full text: Problems in eugenics

436Section IV.R. Dupuy. 
personnes qu’ils n’ont vus qu’une seule fois. Leur mémoire des dates est sur­ 
prenante. Certains de ces sujets présentent de véritables dons pour le calcul, la 
musique, l’imitation mimique ou parlée. 
Leur sensibilité affective est souvent très développée, peut être parce que 
ils ont été l’objet de soins et d’attentions que n’ont pas les enfants normaux : 
pleurs faciles et sans raison. 
Les enfants arriérés ont presque tous des tics ou des manies, des phobies ; 
tics de Salam, echolalie, onychophagie, aérophagie, agoraphobie, strada- 
phobie, mouvements choréïques et contractions nerveuses plus ou moins 
localisées à certains groupes musculaires, etc............... 
En résumé, considéré au point de vue mental, l’enfant arriéré peut être ou 
un idiot absolu et quelque soit son âge, ses facultés intellectuelles correspon­ 
dent à celles d’un enfant n’ayant pas dépassé 3 à 5 mois. 
L'idiot profond correspond à un sujet normal de deux ans (Cruchet). 
L'imbécile a une intelligence qui équivant à celle d’un enfant de 2 à 
8 ans.Le diagnostic des idioties et de l’imbécillité ne peut donc pas être fait 
à la naissance. 
Le débile est un retardé qui sera toujours arriéré de 4 à 6 ans sur son 
âge véritable. 
Les arriérés que l’on qualifie de -pédagogiques et scolaires sont souvent 
des débiles, présentant une perversion de la volonté et de l’attention, qui 
constitue l’apathie et l’instabilité dont nous avons parlé précédemment. 
Les anomalies sensorielles portent soit sur les organes des sens, soit sur 
la façon dont les sujets interprètent la sensation. Dans les deux cas, on 
rencontre comme toujours de l’arriération et de la perversion. 
Pour la vue, les anomalies intéressent les annexes de l’œil : les paupières, 
dont la fente palpébrale est disposée obliquement, comme dans le mongo­ 
lisme, ou qui présentent une membrane accessoire (épicanthus), les glandes 
lacrymales qui sont en hypofonction (nombreux arriérés pleurent sans 
verser de larmes), les muscles moteurs qui manquent de coordination ou qui 
présentent des contractures passagères (strabisme et nystagmus intermittents). 
L’œil est souvent en état d’exophtalmie. Les anomalies qui l’intéressent 
peuvent influencer toutes les membranes, surtout s’il y a arrêt dans son 
évolution (colobome par exemple). 
Du côté de la rétine, on constate de la dystrophie papillaire par manque 
de vascularisation, provoquant même la cécité, qui peut persister pendant 
plusieurs mois du début de la vie. 
L’iris est anormal par le manque de pigmentation et par l’incohérence 
des muscles qui l’animent, produisant des réactions paradoxales des pupilles :
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.