Full text: papers communicated to the first International Eugenics Congress held at the University of London, July 24th to 30th, 1912

R. Dupuy.Medicine and Eugenics.439 
Nous ne parlerons pas du traitement ■prophylactique qui découle des 
causes de l’arriération que nous avons indiquées, mais nous insisterons en 
passant sur l’importance de la vulgarisation de la Puériculture du premier 
âge.Le traitement effectif doit être précédé de l’ablation des végétations 
adénoïdes qui sont une gêne pour la respiration et pour l’hématose et qui 
en plus-organes lymphoïdes-entretiennent l’hyperleucocytose. On procédera 
aussi à l’examen des yeux, et le port de lunettes sera exigé si le sujet présente 
-la moindre anomalie de réfraction qui, non corrigée, entretient l’arriération. 
La nourriture sera saine et suffisante : la constipation sera traitée. Le 
sommeil et le repos au lit seront longs. 
La cure comprend la r ¿minéralisation qui sera obtenue par l’administra­ 
tion des gilycerophosphates de chaux, soude, potasse, magnésie, fer, qui 
seront fixés et transformés dans l’organisme par l’opothérapie endocrinienne. 
On doit attendre deux actions de l’opothérapie endocrinienne : 
i° une action générale donnée par le corps thyroïde, 
2° une action spéciale donnée par chacune des endocrines en particulier. 
L’action générale du corps thyroïde est indéniable,car cette glande,vérita­ 
ble soleil de l’organisme, a une action excito-motrice sur toute l’économie, 
en activant toutes les sécrétions externes et internes endormies. 
Mais s’il y a hypofonction totale, ou presque totale, d’une autre endocrine 
autre que la thyroïde : hypophyse surrénale, glandes génitales—c’est le cas 
habiteul chez les enfants arriérés—l’opothérapie thyroïdienne ne peut plus 
■exciter la sécrétion d’un organe quasi détruit ou absent. Pour avoir un 
résultat on est obligé de s’adresser aux autres extraits endocriniens—tirés 
des animaux : mouton, porc, taureau,—dont l’administration nécessite une 
technique spéciale. 
Les extraits endocriniens doivent être donnés à faible dose (de 0,02 à 
0,05 c.g. par jour pour tou& les extraits, sauf pour l’extrait génital 0,10 c.g.). 
Us doivent être associés ou alternés fréquemment. 
Le meilleur mode d’administration est la voie intra-musculaire (extraits 
glycérinés préparés à froid par macération et expression). La voie gas­ 
trique ne doit être utilisée que quand on ne peut pas faire autrement. 
On ne doit utiliser que les extraits totaux et non pas les préparations qui 
ne contiennent que les principes actifs. 
La traitement dure habituellement plusieurs mois, voire même des années. 
Il sera institué en séries de 20 à 30 jours, qui seront espacées de 15 à 20 
jours. Avec les doses que nous indiquons, il n’y a pas d’accidents à craindre. 
Le cœur sera simplement ausculté fréquemment. Quant aux piqûres, si elles 
sont faites profondément et si l’extrait a été préparé par un làboratoire 
serieux, elles sont à peu près indolores et ne nous ont jamais donné d’abcès.
        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.